Porte fée

                         


Que coule à travers moi l’eau des forêts, 

La lumière des tiges perlées,            

L’humus,            

La mousse,            

Comme autant de flammèches ;             

Vois tu dans ma main fleurir les étoiles ?              

De toute ma maladresse,              

Timide,              

Gauche,              

Je m’essaie porte fée,              

Ma robe est une valse,              

Et si mon pas hésite,              

Pourtant je tourne,              

Comme la mélopée de la pluie en automne,              

Penche toi,                

Écoute le ramage de la pluie dans le soleil,                

Un miracle,                

Une forêt,              

Une île…                

Même si tout s’accroche,                

Même si tout se tend,                

Si tout se fend…                

Ce que je ne sais pas dire.

Anne Sophie Oury Haquette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s