La Complicité

anne sophie oury

 

Si j’arrête là ma course,
Près de la sauvagine qui tremble à la source,
J’aurai peut-être marché jusqu’au bout de moi.
Il me faudra alors devenir légère,
Aussi frémissante que l’eau, ou la tige penchée,
Ou peut-être arche de lumière sur la feuille,
Ce dos moite où la sueur scintille,
La gorge de l’oiseau,
Le berceau de l’arbre,
Juste, la complicité.

Anne Sophie Oury Haquette

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s