Mes doux fantômes…

Mes doux fantômes sentent les étoiles sur la neige,
Le crissement de l’herbe au midi de l’été.
Ils me suivent des yeux du haut de la passerelle
Où souvent ils dansent,
Ils me suivent du coeur
Moi qui passe dans mes manches de souci…

J’ai posé pour eux sur le rebord de la fenêtre
Une orange piquée de girofle,
Le tourbillon de la danseuse coquelicot
(Oh cet après-midi là !)
Les gaufres,
Le sel sur nos visages.

J’ai posé la chaude attention de tes mains,
La caresse de tes yeux lissant mon front,
Et j’ai dansé.

Texte et photographie ©ASOH

Ecrire un bilan…

 

Une sorte de retour en arrière, de retour aux sources, pour mieux voir, comprendre, continuer bien sûr, rester en accord total avec moi-même, avec ce que je veux me dire, et dire, ce que je veux donner à voir, transmettre ?….
Remettre en lumière le- les- fil-s-conducteur-s-, ce qui tisse la trame unique des différentes pratiques, écrire, dessiner, coudre,..
Ce que partout je retrouve ? l’amour des Petits Riens, l’envie que cela se dise, que cela se lise, existe, se montre : la nervure, le fil de la toile d’araignée, le grain de l’eau dans la lumière, l’ombre alors ! Ce qui bruisse, un craquement à peine audible, la craquelure, la façon qu’ont les feuilles de se resserrer sur elles-mêmes, l’épanchement de la branche vers l’eau, les méandres, le nœud de l’écorce, l’échancrure de la mousse sur la terre……Et puis le tremblement, le souffle, l’usure sur le pouce du gant de ma mère, la déchirure au gilet, la fibre, la tache, la trace, l’écho…
Ce qui reste de Vous ,le parfum, les effluves, la Présence, l’inflexion d’une voix, le pli d’un sourire, la chaleur …
Voir, chercher à voir, toujours être en éveil, dans l’émerveillement, même si l’absence, même si la haine ,la violence, la bêtise…. Continuer, avec acharnement, mais sans rage….
Alors coudre ! Rassembler ! recoudre ! recomposer !
Coudre ce qu’on ne peut pas coudre ; le filament, le squelette, le papier qui s’émiette, la graine, le pétale froissé, la dentelle jaunie, le calque qui casse….des fragments et des bribes, créer une unité multiforme où le mot se devine ,s’expose, devient dessin, fil, où le fragment s’attache au trait, s’y mêle, le souligne, dessiner en cousant, écrire que je couds, coudre des mots…

 

Anne Sophie Oury Haquette

le 27 novembre 2019

Photographie ©ASOH

Le manteau du jour d’après

Je porterai mon manteau du jour d’après … mon manteau d’échos….
pour le festival Lollapalooza à Berlin les 7 et 8 septembre ,
et pour le vernissage de mon exposition :  » A l’ombre d’or de l’oiseleur  » durant la BHN de Lyon, le 18 septembre à la bibliothèque Saint Jean…. J’y lirai un certain nombre de mes textes.

65857672_2691125790918297_3740166677950627840_o (1)65956800_2703441996353343_5203758324016742400_o (1)©ASOH

La passerelle
Le jour d’après
Je renais ;
Je plonge la main dans ce limon :
Ce qui reste de mes chemins,
Ce qui de vous demeure
Un minuscule dédale d’étoffes caressées, de laines tressées,
Des mots en fragments friables,
Des idées de feuilles,
( ……..)
Je commence à coudre un manteau d’échos …
(………)

Anne Sophie Oury Haquette

Au fil de cette année

Cette année entre août et octobre, trois évènements vont me permettre de montrer trois aspects différents de mon travail, reliés par ce même fil : l’écriture et l’autre vie de ces « petits Riens ».

16-30 Août 2019 : VIBRATIONS TEXTILES, Paris

 

 

Je participerai à la troisième édition de VIBRATIONS TEXTILES à Paris, galerie du Montparnasse sur la proposition de  Patricia Michel, présidente de l’association As de cœur.

https://www.facebook.com/ASdeCoeur-à-Paris-209068009286395/?tn-str=k*F
J’y exposerai entre quinze et vingt petits formats de la « Trame du Tout Petit » (fragments cousus ) ainsi que des dessins à l’encre et au feutre à encre, associés à ces mêmes fragments.

7 et 8 septembre 2019 : Festival Lollapalooza de Berlin :

sans-titre.png

https://www.lollapaloozade.com/

Invitée par Fruzsina Szep , directrice du festival Lollapalooza de Berlin, j’interviendrai dans un espace dédié, comme chaque année, à des manifestations artistiques autres que la musique.
Je créerai pour cette occasion, une performance autour de mon manteau, et entrerai en contact direct avec le public.

 

8 septembre – 5 octobre 2019 : Biennale Hors Norme LYON:

Logo8BHN

http://www.art-horslesnormes.org/

Je suis ravie d’avoir été sélectionnée pour la BHN de Lyon sur le thème « Le jour d’Après» qui me parle tellement…
J’y exposerai essentiellement mes « grandes pages » , à la Bibliothèque Saint Jean.

 

 

 

A suivre..

 

La couturière

Une ombre de couturière s’endort à la fenêtre, fatiguée de ses vieilles histoires…
Mais aujourd’hui… voilà …
il neige !
La toile lourde devient mésange sur ses genoux,
Dentelle au carreau…
Presque s’envole !
Je découpe alors tous les mots de tes lettres, un à un,
……
Anne Sophie Oury Haquette

extrait de La couturière, texte et photographies ©Asoh

50571643_320930145214144_2274174295489904640_n

 

 

50623418_1985066834916568_3962273313866121216_n

 

50896856_252191785693556_7335503360713293824_n

Trame du tout petit

 

 

img_20181217_115554_891
« Me noyer dans ce qui ne meut pas »( 10 sur 14 cm encadré) toile de lin, dentelles anciennes, écriture à l’encre sur papier parchemin, brindille, page de vieux livre, fil argent, or,

 

 

img_20190105_141734_197
« Le Tout petit couleur d’éternité » ( 11 sur 15 cm encadré): feuille de physalis et fragments cousus: dentelle ancienne, coton blanc, ruban or, écriture et dessin à l’encre sur papier parchemin

img_20190108_153619_791
L’homme aimé, (11 sur 15 cm encadré); page de vieux livre, coton rouge, graine ramassée, lichen, dentelles anciennes, brindille, papier doré, écriture à l’encre sur papier parchemin

 

img_20190110_164325_219
ruban, dentelle ancienne, page de vieux livre, papier doré, toile de lin, papier parchemin peint à l’acrylique, pétales,écriture; encre sur papier parchemin  / 15 sur 24 cm hors cadre

 

img_20181210_123537_710
« Note même félée » ( 12 sur 16 cm encadré) fil argent, dentelles anciennes et toile de lin, mousse et lichen, fragments peints à l’acrylique, vieille page, petite couverture bleue et image ancienne, gaze dorée

 

 

La fenêtre

47576953_2354059734624906_4485705337621446656_n

 

Papier parchemin, lin et dentelle, bois, squelettes de feuilles, mousses, pétale, calque jauni, page de vieux livre, encre, écriture…. 18 sur 19 cm

Bientôt ne restera de la maison que la fenêtre ouverte et ce qui vit dedans ;
La princesse de Rien au manteau des jours passés,
Au manteau du jour d’après ;
Oraisons aux boutons des poignets,
Nœuds de l’absence aux coutures,
Mille cloches d’églises oubliées sonnaillant à l’ourlet, un peu défait…
Soie des brumes et des aurores de toutes les saisons,
Étoffe chaude de sa peau…

Extrait de la fenêtre ©ASOH

Photographies ©ASOH

Nuit des Arts – 18e édition 30 novembre – 2 Décembre 2018 // Roubaix

Programme : https://fr.calameo.com/read/000053137a0d40b115899?fbclid=IwAR2-R9s3qYXS4EvKCmjRwwDNXFN98zFGYQ19LB5D3Qjy5iX-g2LOUvls2LM

 

 

Anne Sophie Oury Haquette

à

LIBRAIRIE DES LISIERES-ROUBAIX

 

  • Vendredi 30/11 de 10 à 19 h
  • Samedi  1er décembre de 10 à 12 h et de 14 à 23 h,
  • Dimanche 2 décembre de 14 à 17 h

le jour d'après

 

Tout ce qui nous tisse…

Notre goût du Beau et nos yeux ouverts,

Nos amours perdues et ce qui nous hante,

Les bribes, fragments, déchirures, et tout ce qui reste : bouts de dentelle, feuilles séchées, pétales et plumes fanées, petit bout de laine d’un pull aimé, mousses d’un chemin parcouru…..,

Tout ce qui n’a de sens que pour nous ….

Voici ce que je collecte et garde précieusement , voici ce que maintenant parfois on me donne, chargé d’histoires et de senteurs d’une vie inconnue mais que je respecte….

Alors je tisse à nouveau ; à mon papier, à mes mots, à mes dessins à l’encre….

Une autre histoire se réinvente….que je vous invite à venir respirer…

Asoh

le jour d'après a.jpg

https://www.ville-roubaix.fr/agenda/la-nuit-des-arts-18e-edition

https://www.facebook.com/events/535229286891043/

 

anne sophie oury 4.jpg
Et s’il fallait exister encore,
Si je pouvais…
Il me faudrait cette roseraie,
Bientôt nue,
dans la lumière de ce matin d’octobre…
Il me faudrait l’église ouverte
où déposer l’ex-voto brodé…

Et que ton nom danse toujours
sur l’ourlet rouge de mes vieilles dentelles!

Prier l’abeille de bien vouloir rester,
encore un peu,
vivante,
les jardins stériles de nous pardonner
l’oubli de leurs berceaux,
et nos enfants
de garder chaude la mémoire,
comme un fardeau voulu,
presque heureux,
de brisures et de chaînes de coeurs.

Texte et photographie ©Asoh

 

Je n’ai jamais su coudre

Je n’ai jamais su coudre vois-tu

Mais maintenant que je marche pour toi

Je t’inscris à chacun de mes pas

Je n’ai plus de maison hors le fil de ton nom

qui file sur la branche

et s’agrafe à la toile d’araignée le soir …..

(…)

Extrait

©Asoh

je-nai-jamais-su-coudre-1.jpg

je n'ai jamais su coudre 2

je n'ai jamais su coudre 3

je n'ai jamais su coudre 4

je-nai-jamais-su-coudre-hd.jpg

 

Couverture :toile écrue rigidifiée, bout de laine rouge.
Intérieur :sur page jaunie de livre ancien :dessin aux feutres à encre, fragments de mousses, dentelles, squelettes de feuilles, écriture.

 

 

Photographies ©Ib

L’or des forêts

anne sophie oury 2

 

J’ai creusé à mains nues
Jusqu’à trouver la source de l’or des forêts,
Entre les ronces,
Les nœuds de l’écorce,
Où il est le plus chaud..

Je plonge la main,
Le bras,
Ma couronne d’immortelles,
Ma robe grise…

L’ étendre sur la mousse,
Lire, à voix haute,
Les nervures,
Les stries,
Les carapaces,
L’astragale,

Lire l’alouette…

Prendre mille fois ta main
Où s’encensent le souffle de l’herbe,
La parole de l’arbre,
Devenus tiens..

 Et je revêts la robe muée,
Baignée d’aurore.

Anne Sophie Oury Haquette.

17 Août 2018

Photographie Asoh

anne sophie oury 3.jpg

Les oiseaux des enfants se sont perdus
Dans une mousson de boutons d’or…
« il faudrait les repêcher… »se dit elle…
Mais les enfants eux- mêmes ont disparu…

Alors elle se balance aux arbres qui vaguent,
Oublie l’ordre qu’il faudrait au jardin,
Pleut dans l ‘éparpillement de l églantier,
Et boit, jusqu’à la dernière goutte,
La liqueur douce amère de ce jour qui déjà
Touche à sa fin.

Anne Sophie Oury Haquette

22 mai 2018

Photographie Asoh

La Complicité

anne sophie oury

 

Si j’arrête là ma course,
Près de la sauvagine qui tremble à la source,
J’aurai peut-être marché jusqu’au bout de moi.
Il me faudra alors devenir légère,
Aussi frémissante que l’eau, ou la tige penchée,
Ou peut-être arche de lumière sur la feuille,
Ce dos moite où la sueur scintille,
La gorge de l’oiseau,
Le berceau de l’arbre,
Juste, la complicité.

Anne Sophie Oury Haquette